Maladies / Patients

Mis à jour le 18/10/2014

La désensibilisation sublinguale

En pratique

La désensibilisation en gouttes est commandée directement auprès du laboratoire.

  1. Envoyez l’ordonnance dans l’enveloppe T après avoir rempli la partie nécessaire au remboursement.
  2. Vous recevez ensuite par la poste un flacon bleu et plusieurs flacons rouges ou noirs.
  3. Le traitement est pris à jeun depuis 1 heure, déposé sous la langue, conservé sous la langue deux minutes puis avalé. En cas de double désensibilisation, il est souhaitable d’attendre au moins une heure entre les deux prises. Pour des raisons pratiques, le deuxième traitement peut être absorbé avant le repas de midi, le goûter ou le dîner.
  4. J1 : une dose 2 du flacon bleu J2 : une dose 4 du flacon bleu J3 : une dose 8 du flacon bleu J4 : une dose 12 du flacon bleu J5 : une dose 16 du flacon bleu J6 : une dose 20 du flacon bleu J7 : une dose 2 du flacon rouge ou noir J8 : une dose 4 du flacon rouge ou noirJ9 : une dose 8 du flacon rouge ou noir J10 : une dose 12 du flacon rouge ou noir J11 : une dose 16 du flacon rouge ou noir Puis à partir de J12 continuer tous les jours avec une dose 20 du flacon rouge ou noir
  5. Pour le premier renouvellement (à prévoir quand il ne vous reste que 2 flacons), il est nécessaire de m’envoyer un email (docteur.refabert@orange.fr) car il faut que j’enlève le flacon bleu et que je fasse une ordonnance avec uniquement les flacons rouges ou noirs. Cette nouvelle ordonnance sera renouvelable 3 fois Donc les renouvellements suivant vous contacterez directement le laboratoire

Pour la désensibilisation en comprimé, le médicament est disponible en pharmacie. Le premier comprimé est pris au cabinet médical après vérification des explorations fonctionnelles respiratoires et nécessite une surveillance de 20 à 30 minutes. Les comprimés suivant sont pris à domicile. Le comprimé et placé sous la langue. Il est demandé de ne pas avaler sa salive pendant 1 minute puis de manger 5 minutes après.

Précautions à prendre

Il faut éviter de

  1. se brosser les dents dans les minutes qui suivent ou qui précèdent la prise du traitement
  2. prendre le traitement en cas de fièvre
  3. prendre le traitement en cas d’aggravation des symptômes allergiques (crise d’asthme, accentuation de la rhinite, poussée d’urticaire ou d’eczéma)
  4. prendre le traitement dans les 24 heures qui suivent un vaccin
  5. prendre le traitement en cas de plaie buccale, chute d’une dent ou extraction dentaire ou gingivite.

La gestion de effets indésirables

L’absorption étant quotidienne, il est parfois difficile d’établir une relation de causalité entre la prise de l’allergène et la survenue d’un effet indésirable.

Les effets indésirables les plus souvent rencontrés sont des réactions locales au tout début du traitement et parfois 3 semaines après : démangeaison ou sensation de brûlure au niveau des lèvres avec parfois un petit gonflement sous la langue. Si cet évènement se répète on peut proposer de déposer l’allergène sur un petit morceau de sucre ou de mie de pain que l’enfant va laisser fondre sous la langue. Il est également possible de boire un peu d’eau après avoir dégluti le traitement.

Les réactions systémiques sont plus rares. Il peut parfois apparaître des douleurs digestives à type de colique avec ou sans diarrhée. S’il s’agit d’un épisode unique avec une amélioration spontanée, il ne faut pas en tenir compte. Si les symptômes se reproduisent, il est souhaitable de revenir à la dernière dose bien tolérée, de la répéter à trois ou quatre reprises et de reprendre ensuite la progression des doses. En cas de troubles digestifs répétés on peut proposer de recracher l’allergène.

Plus rarement, le patient peut présenter une réapparition des signes d’allergie (rhinite, prurit oculaire). On peut alors proposer la prise d’un antihistaminique.

La gestion des oublis

En dehors des oublis, le traitement peut être interrompu de manière volontaire lors d’une affection intercurrente (fièvre, extraction dentaire…) ou pour des raisons pratiques (voyage par exemple). Le traitement peut être repris sans changement si l’interruption est de moins de sept jours. En cas d’arrêt d’une à quatre semaine le traitement est repris à la dose initiale du flacon en cours. Si l’arrêt est supérieur à 4 semaines il est impératif de consulter de nouveau.

 

×