Nouveautés

Mis à jour le 19/04/2020

COVID 19 : sortie du confinement ?

Modification de l’organisation de la consultation

L’épidémie du Covid19 risque de durer et nécessite que nous modifiions tous nos habitudes.

Le confinement (le gouvernement a annoncé qu’il serait poursuivi jusqu’au 10 mai) ne sera levé que progressivement afin d’éviter de nouvelles vagues d’infection.

Même en cette période de confinement, si vous ou votre enfant avez une fragilité respiratoire et/ou des traitements qui nécessitent un suivi, vous pouvez avoir besoin de consulter.

Au moins jusqu’à l’été, je modifie ainsi l’organisation de mes consultations :

  • Les rendez-vous sont désormais espacés de 30 minutes afin de réduire les risques et laisser le temps de nettoyer les surfaces.
  • Chaque créneau de consultation physique sera suivi d’un créneau de consultation vidéo afin que personne ne se croise en salle d’attente.

Pour les patients qui nécessitent une consultation physique au cabinet :

  • Portez un masque et faite porter un masque à votre enfant s’il a plus de 6 ans. Avant 2 ans les masques sont dangereux. Entre 2 et 6 ans, le port du masque est à l’appréciation des parents et de l’enfant. Si vous ne disposez pas de masque chirurgical ou de masque FFP2, venez avec un masque grand public antiprojection (il peut s’agir de masques réalisés à la maison ; il existe de nombreux tutoriel pour en fabriquer soi-même).
  • Venez 5 minutes avant le rendez-vous, ni avant, ni après. Merci d’utiliser un mouchoir jetable pour taper le code de la porte et sonner à l’interphone sans toucher directement ces surfaces.
  • Surveillez votre enfant afin qu’il ne manipule pas d’objet (il peut venir avec un jouet).
  • Venez avec tout votre matériel : les médicaments, chambre d’inhalation, peak-flow (débitmètre de pointe), saturomètre.

Pour les consultations vidéo

  • Si vous avez des documents (résultat biologique, lettre, carnet de santé, radiologie), l’application Doctolib vous permet de partager des documents avec moi en amont de la consultation vidéo.
  • Si vous consultez pour une pathologie respiratoire ou de l’asthme, essayez de vous équiper, avant la consultation vidéo d’un saturomètre (appareil pour mesurer la saturation en oxygène au bout du doigt) et pour ceux qui ont plus de 6 ans, d’un peak-flow (débitmètre de pointe).
  • Les consultations vidéo du matin seront assurées par ma remplaçante le docteur Orlane Felix. En revanche, les consultations de l’après-midi seront assurées par moi-même.

Concernant les masques en tissu

Il existe maintenant un quasi-consensus pour dire que les masques ne sont que l’un des éléments de la lutte contre la dissémination du virus, mais bien manipulés, ils contribuent à réduire considérablement la transmission de gouttelettes dans les deux sens et la transmission main/visage, qui sont les deux principaux modes de contamination.

Le risque zéro de transmission du virus n’existe pas en dehors du confinement total. Les masques, même les plus sophistiqués comme les masques FFP2, n’apportent pas une protection à 100%. Mais même le plus mauvais des masques protège mieux que rien.

On trouve sur le site de la Direction Générale des Entreprises une liste d’entreprises qui fabriquent des tissumasques : https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/home/Masques_alternatifs.pdf

Si vous ne trouvez pas de masques dans le commerce, vous pouvez fabriquer vos propres masques. Optimiser la conception de vos masques et bien les utiliser, permet d’atteindre un niveau de protection qui n’est pas éloigné de celui d’un masque chirurgical. Il existe de nombreux tutoriels pour fabriquer ses masques. En voici un par exemple (pour les couturières et couturiers chevronnés) : https://youtu.be/He8yXJGc3r8

Dans tous les cas, il faut viser la réduction du risque maximum. Les masques en tissu artisanal diminuent le risque de porter la main au visage. Si le masque est changé avant d’être trop humide, il évite aussi la contamination par gouttelettes.

La capacité de filtration des masques en tissus est variable, mais elle n’est jamais nulle et permet de réduire fortement le passage des virus.

Un conseil : lavez vos tissus à 60°C ou plus durant 30 minutes et faites-les sécher avant de les découper et de les coudre pour qu’ils ne puissent plus rétrécir.

Testez vos connaissances :

Un masque en tissu peut être gardé toute la journée sans le changer
VRAI ou FAUX ?

FAUX
Tout masque qui est retiré du visage doit être changé. Au bout de 4 heures maximum on change son masque et on en remet un propre : si l’on est 12 heures hors de chez soi, il faut prévoir au minimum 3 masques ! Il est donc prudent de prévoir 6 masques par journée hors du domicile pour s’assurer d’être confortablement protégé.

Avec un bon masque on ne doit connaitre aucune gêne en montant des escaliers en courant.
VRAI ou FAUX ?

FAUX
Avec un masque il ne faut pas (ou très peu) être gêné quand on respire au repos. Une gêne importante signifie que le masque ne laisse pas assez passer l’air, le gaz carbonique est piégé dans le masque, l’oxygène circule avec difficulté et il existe un risque d’hypoxie.
A l’inverse si l’on n’est pas gêné en faisant un effort important, il faut suspecter que le masque ne soit pas assez filtrant. En fait, un bon masque doit gêner un peu mais pas trop !

Il faut garder ses lunettes pour mettre et enlever un masque
VRAI ou FAUX ?

FAUX
Pour mettre un masque si l’on porte des lunettes il faut les poser, se laver les mains, poser le masque, bien ajuster le masque en particulier au nez, puis remettre ses lunettes.
Pour enlever son masque, on enlève d’abord ses lunettes, on prend le masque par les côtés pour l’éloigner du visage, on l’enlève et on le met dans un sac (en papier, en plastique ou en tissu), une boite à couvercle etc, avant de la mettre à laver, car il est potentiellement souillé.

Tout le monde se met à fabriquer des masques dans tous les coins, c’est beaucoup trop il n’y en pas besoin d’en faire autant.
VRAI ou FAUX ?

FAUX
Pour le moment il faut que toutes les possibilités de fabrication de masque, que ce soit à la maison, à très petite échelle, à moyenne échelle, en atelier ou en usine, soient poussées au maximum pour faire face à la longue période de sortie du confinement.
Le calcul est simple : il faut en moyenne 5 masques par jour si on sort de chez soi (il faut le changer à chaque fois que l’on boit ou que l’on mange). Ces masques doivent être lavés car ils perdent plus ou moins vite leurs qualités après en moyenne 10 lavages (5 à 30 selon les tissus). Il faut dans l’idéal 50 masques par Français et par mois, soit 3 milliards de masques par mois actuellement. Et si l’on en faisait trop, ils seraient certainement bien accueillis dans d’autres pays.
Dans quelques mois, les masques en tissus seront vendus dans les épiceries, supermarchés, stations essences et tous les endroits où sont vendus des préservatifs. Dans les deux cas, ils répondent au slogan : « Sortez couverts » !

 

RÉFÉRENCES

http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/04/20.4.5-Covid-19-Sortie-du-confinement.pdf

 

×